DocLisboa présente une vingtaine de films francophones, dont le premier film de Charlotte Gainsbourg
Charlotte Gainsbourg et Jane Birkin. Photo : Olivier Pacteau
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Le festival consacré aux documentaires, DocLisboa, est de retour pour sa 19e édition. Entre ce jeudi 21 octobre et le dimanche 31 octobre, 249 œuvres seront présentées, dont une vingtaine sont francophones. La programmation inclut notamment le premier film de Charlotte Gainsbourg, « Jane by Charlotte ».

C’est le grand retour du DocLisboa. Après une édition totalement digitale en 2020, le festival de cinéma documentaire revient cet automne en format présentiel. Au long de 11 jours, les spectateurs auront la possibilité d’assister à 249 œuvres, dont 51 premières mondiales et 28 premières internationales. Entre sections compétitives et non compétitives, on retrouve les compétitions internationale et nationale, ainsi que les sections Riscos, Da Terra à Lua, Heart Beat, Cinema de Urgência, Verdes Anos et Doc Alliance. Cette année, s’ajoutent également deux rétrospectives consacrées à Ulrike Ottinger et Cecilia Mangini.

 

La section Riscos est un lieu d’exploration des langues et de questionnement des différentes époques, des territoires et des frontières et rend hommage au Colombien Luis Ospina, auquel le festival a consacré une rétrospective en 2018. Un programme qui comprend The Eye of the Tourist, une œuvre posthume et récemment achevée, ainsi que deux films qui ont compté avec sa collaboration ou son inspiration. La section Da Terra à Lua est composée de neuf films et présente un ensemble de regards critiques sur le monde. Quant aux neuf films qui composent la section Heart Beat, ils portent un regard plus attentif sur l’univers artistique. Les films du Cinema de Urgência invitent le public à débattre autour de thèmes qui nécessitent une communauté mobilisée. Cette année, avec une session d’ouverture en hommage à Alcindo Monteiro et qui retrace les empreintes de la violence raciste au Portugal.

 

Outre les programmes thématiques, le festival présente également « Les femmes égyptiennes dans le cinéma : perspectives de 1970 à nos jours », sous le commissariat de la chercheuse Mathilde Rouxel, autour de l’œuvre de trois cinéastes égyptiennes.

 

Cette année, l’accent est également mis sur la première mondiale du nouveau film d’André Valentim Almeida, Famille FC, qui suit le quotidien des associations sportives organisées par les émigrés portugais qui vivent en Île-de-France. Le réalisateur sera présent ce jeudi 21 octobre à la médiathèque de l’Institut français du Portugal pour discuter avec l’écrivain Mickaël Correia, à l’occasion de la première édition portugaise de son livre Une histoire populaire du football.

 

 

Premier film de Charlotte Gainsbourg

 

La compétition internationale compte 13 films de 14 pays, dont trois français : Festina Lente, de Baya Medhaffar ; Nous disons révolution, de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval ; et Bibliothèque Publique, de Clément Abbey. Plus d’une dizaine de films francophones composent les autres sections. Du monde des arts du spectacle, le festival présente Indes Galantes, de Philippe Béziat, dans la  section Heart Beat. Une adaptation contemporaine du chef-d’œuvre baroque de Jean-Philippe Rameau qui donne son titre au film et qui croise différentes danses urbaines avec le chant lyrique à l’Opéra Bastille, à Paris. Dans la section Verdes Anos sera diffusé Les étoiles, de Nina Orliange, qui brosse le portrait choral d’adolescents en France dont les rêves et les ambitions se croisent et les font briller dans la vie quotidienne. Dans la section Riscos, on retrouve un documentaire de Martin Verdet, L’État des lieux sera dressé à onze heures en présence de la femme du poète, tourné au studio de Franck Venaille, poète et producteur de radio, après sa mort.

 

Le festival accueille également le premier film de Charlotte Gainsbourg, Jane by Charlotte, dans la section Heart Beat. Le documentaire filmé par la chanteuse et actrice retrace l’histoire aussi complexe qu’intime de la relation avec sa mère, Jane Birkin.

 

Du 21 au 31 octobre, Doclisboa revient dans les salles de Lisbonne du Cinema São Jorge, de Culturgest, de la Cinemateca Portuguesa, du Museu do Oriente et du Cinema City à Campo Pequeno. Retrouvez ici la liste complète des films.