Le résumé de la semaine : 25/10 – 29/10
Photo : Unsplash/Roman Kraft
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

La semaine est passée à toute vitesse et vous n’avez pas eu le temps de suivre les actualités portugaises ? Pas de panique, nous vous avons réuni les principales infos de la semaine. De quoi briller lors de vos repas du week-end.

Grève du métro à Lisbonne  

 

Les travailleurs du métro de Lisbonne ont mené une grève partielle ce mardi 26 octobre et ce jeudi 28 octobre, entre 5h00 et 9h30, en raison de l’échec des négociations salariales avec l’entreprise. Le service a repris vers 10h15. La Fédération syndicale des transports et des communications (FECTRANS) a annoncé que les travailleurs du métro de Lisbonne organiseront une nouvelle journée de grève partielle le 2 novembre et une grève de 24 heures le 4 novembre.

 

 

Vaccination contre la grippe et la Covid-19 en simultanée

 

Il est désormais possible de prendre rendez-vous soi-même pour les vaccins contre la grippe et le rappel Covid-19 en même temps. Cette première phase s’adresse aux personnes âgées de plus de 80 ans. Les données les plus récentes de la Direction générale de la santé (DGS) indiquent que 86 % de la population portugaise a été entièrement vaccinée et que 87 % a reçu au moins une dose du vaccin contre la Covid-19.

 

 

Budget de l’État 2022 rejeté

 

Le budget de l’État pour 2022 a été rejeté ce mercredi 27 octobre par le Parlement portugais. Le Bloco de esquerda, le PCP, le PEV, le PSD, le CDS-PP, l’Iniciativa Liberal et Chega ont voté contre, tandis que seul le PS a voté en faveur. Le PAN et les députées non-inscrites Cristina Rodrigues et Joacine Katar Moreira se sont abstenus. À l’issue du débat, António Costa a déclaré qu’il avait fait « tout ce qui était en son pouvoir » pour rendre le document viable et a garanti qu’il restera le chef du gouvernement. En 47 ans de démocratie, un budget de l’État n’avait jamais été rejeté au Parlement.

 

Vers une crise politique ?

 

Le président de la République avait déjà déclaré que, face au rejet du budget de l’État, il engagerait « tout de suite, tout de suite, tout de suite le processus » de dissolution du Parlement et de convocation d’élections législatives anticipées. Un scénario qui devrait devenir réalité. Retrouvez ici plus d’informations.

 

 

Le gouvernement garantit l’augmentation du SMIC

 

Malgré le rejet du budget de l’État, António Costa ira avancer avec l’augmentation du salaire minimum à 705 euros, promise pour janvier 2022. En effet, la dissolution du Parlement ne rend pas cette mesure impossible, puisqu’il s’agit d’une décision qui peut être exécutée par décret. « Le gouvernement est en fonction, dans la plénitude de ses fonctions, et ce qu’il peut faire, il le fera », a déclaré Tiago Antunes, secrétaire d’État adjoint au Premier ministre. L’augmentation du salaire minimum peut entrer en vigueur dès janvier, selon les déclarations faites au journal Público par Fernando Rocha Andrade, ancien secrétaire d’État aux affaires fiscales.

 

 

Remise jusqu’à 5€ par mois sur le carburant à partir du 10 novembre

 

Le Conseil des ministres, qui se réunissait ce jeudi 28 octobre pour la première fois depuis le rejet du budget de l’État, a décidé d’approuver la réduction de 10 centimes par litre de carburant, jusqu’à 50 litres par mois. Ceci signifie que vous pouvez bénéficier d’une remise allant jusqu’à cinq euros sur le diesel ou l’essence. La mesure entre en vigueur le 10 novembre et sera disponible jusqu’en mars 2022 et représente une dépense de 130 millions d’euros dans les comptes de l’État. Le programme fonctionnera de manière similaire à l’IVAucher, à savoir : la remise sera transférée directement sur le compte du contribuable, qui devra payer par carte bancaire.