Quatre masters en finance portugais parmi les meilleurs au monde
Nova School of Business and Education (SBE), située à Carcavelos, occupe la 14e position au niveau mondial
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Sur les 55 meilleurs masters en finance au monde, figurant dans le classement du Financial Times, quatre sont issus d’universités portugaises. Le Portugal est ainsi le troisième pays le plus représenté au niveau mondial, aux côtés des États-Unis et de l’Espagne.

L’éducation portugaise a de quoi se réjouir. Le classement « Masters in Finance » du Financial Times (FT) de 2021 a récompensé quatre masters portugais. La Nova School of Business and Education (SBE) est, pour la dixième année consécutive, l’école portugaise la mieux classée, occupant la 14e position au niveau mondial, comme l’année dernière. Parmi les 55 écoles de commerce du monde entier, trois autres universités portugaises sont présentes : la Católica (23e place), l’ISEG (35e) et l’ISCTE (51e). 

Le taux d’emploi du master de la Nova SBE, après trois mois, est de 97% et les diplômés peuvent espérer recevoir un salaire annuel moyen de 90 000 dollars, soit environ 75 000 euros, pendant les trois années qui suivent l’obtention de leur diplôme. L’expérience internationale, notamment les partenariats et les échanges avec des écoles étrangères durant la formation, est également un des gros points forts de cette université. 

Le master de la Católica Lisbon School of Business and Economics gagne trois places par rapport à 2020, occupant désormais la 23e position de ce classement. 94 % des diplômés du master en finance de la Católica trouvent un emploi dans les trois mois qui suivent la fin de leurs études, qui débouche sur un salaire estimé à 71 450 dollars par an (près de 60 000 euros). Par ailleurs, le classement du FT souligne également qu’il s’agit de l’école de commerce portugaise dont le corps enseignant est le plus diversifié et international (38 % d’enseignants étrangers).

L’école de gestion de l’Université de Lisbonne, l’ISEG, a fait ses débuts l’an dernier dans ce classement et occupe cette année la 35e place. Même si ce master a connu une petite chute par rapport à 2020 (31e place), il offre tout de même la cinquième plus forte augmentation de salaire au monde (77 %) et le huitième meilleur rapport coût-bénéfice, ce qui permet aux étudiants de récupérer rapidement leur investissement universitaire. Plus vite, même, que les diplômés d’HEC Paris, leader du classement pour la troisième fois consécutive. Enfin, l’ISCTE Business School rejoint pour la première fois ce classement et occupe la 51e place. Son master en finance se distingue surtout par l’égalité des sexes au sein du corps enseignant (48% de femmes), une quasi-parité qui n’a pas d’égal parmi les autres écoles du classement.

 

Le Portugal en 3e place, la France en 2e   

Avec quatre universités présentes, le Portugal est le troisième pays le plus représenté dans le monde, à égalité avec les États-Unis et l’Espagne. La première position est occupée par le Royaume-Uni, qui compte 15 écoles. Enfin, la France se hisse en deuxième position, avec neuf universités présentes, dont HEC Paris en tête du classement. 

Ce ranking du FT classe les 55 meilleurs masters en finance du monde, en prenant en compte 17 critères pour évaluer la qualité du master et de l’école sur trois dimensions principales : la progression de carrière des diplômés, la diversité de l’école et l’expérience internationale.