Rétrospective de la cinéaste française Jacqueline Audry à Lisbonne
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Du 8 au 20 octobre, la Festa do Cinema Francês et la Cinemateca Portuguesa proposent une rétrospective de la cinéaste française Jacqueline Audry. À cette occasion, l’enseignante et chercheuse spécialisée dans le cinéma français Brigitte Rollet sera présente à Lisbonne.

C’est l’un des noms à redécouvrir dans l’histoire du cinéma français. Jacqueline Audry (1908-1977) est l’une des cinéastes les plus productives du 20e siècle. Seule femme à avoir une production cinématographique régulière en France entre 1943 et 1960 – un court métrage documentaire et seize longs métrages de fiction – Jacqueline Audry traverse la chronologie du cinéma français sous l’Occupation, la Quatrième République et la Nouvelle Vague. Une œuvre que la Festa do Cinema Francês et la Cinemateca Portuguesa proposent de découvrir lors d’une rétrospective entre le 8 et le 20 octobre prochain.

 

De la comédie policière au film politique, la cinéaste signe une riche filmographie marquée par des protagonistes – presque toujours féminins – audacieux. En décalage avec le cinéma français de l’après-guerre, elle disparaît de l’histoire du cinéma dans les décennies suivantes, malgré le succès de certains de ses films. Mais l’œuvre d’Audry a réclamé l’attention ces dernières années, que ce soit grâce aux efforts de réalisateurs comme Bertrand Tavernier et Mark Cousins, à la numérisation et à la large diffusion conséquente de son film Olivia, ou encore à des études comme celle que lui a consacrée Brigitte Rollet (Jacqueline Audry : La femme à la caméra, 2015). Cette dernière, qui marquera présence à Lisbonne pour présenter l’ensemble du programme, définit Audry comme « l’exemple type d’une cinéaste en avance sur les usages et les pratiques de son temps. »

 

Un premier regard sur le travail de la cinéaste française au Portugal, où seuls deux de ses films ont été diffusés commercialement (C’est la faute d’Adam, 1957, et Le Secret du chevalier d’Éon, 1959), la rétrospective intègre les sept titres actuellement disponibles à la projection : Huis-Clos, 1954 ; L’École des cocottes, 1957 ; La Garçonne, 1957 ; Les Chevaux du Vercors, 1943 ; Les Malheurs de Sophie, 1945 ; Minne, L’Ingénue libertine, 1950 ; et Olivia, 1950.

 

La Festa do Cinema Francês est organisée par la société de production Jangada, soutenue par l’Ambassade de France et l’Institut français du Portugal, en partenariat avec le réseau des Alliances françaises au Portugal. La 22e édition du festival se déroulera à Lisbonne (7 au 20 octobre), à Almada (12 au 16 octobre), à Oeiras (9, 10, 16, 17, 18 et 19 octobre), à Coimbra (12 au 16 octobre), à Porto (19 au 27 octobre), à Braga (21 au 24 octobre), à Évora (28 au 31 octobre), à Viseu (28 au 31 octobre) et à Faro (21 au 24 octobre).