Silêncio – Vozes de Lisboa : un sublime hommage au fado
Ivone Dias, l'une des protagonistes du documentaire
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Céline Coste Carlisle et Judit Kalmár signent un documentaire poignant sur les relations entre les fadistas, leur identité culturelle et leurs ambitions. Silêncio – Vozes de Lisboa retrace l’essence du fado dans une Lisbonne de plus en plus touristique. Un sublime hommage à ce chant traditionnel portugais, à voir de toute urgence au Cinema City de Alvalade.

Au cœur de l’Alfama, entre les petites ruelles colorées, se cachait un petit secret : la TascaBeat. Une petite tasca où les murs respiraient la vie et où les voix transportaient des siècles d’histoire. Un univers magique, où musiciens, fadistas et spectateurs de toutes les générations se retrouvaient pour voyager ensemble au son de la guitarra portuguesa. Et puis, à quelques pas de là, une autre maison de fado : À Esquina de Alfama. C’est ici qu’Ivone Dias, du haut de ses 87 ans, chante et enchante régulièrement ceux qui franchissent la porte. Son histoire, ainsi que celle de Marta Miranda et Jean-Marc Pablo, anciens propriétaires de TascaBeat, est racontée avec une authenticité irréprochable dans Silêncio, Vozes de Lisboa. Un documentaire poignant sur le fado, la Lisbonne d’hier et celle qui perdura dans le futur.

 

Une Lisbonne en pleine mutation

 

S’attaquer à un patrimoine immatériel de l’humanité n’est pas une mince affaire. Et, pourtant, Céline Coste Carlisle et Judit Kalmár relèvent le défi avec brio. Au long de 86 minutes, les deux réalisatrices explorent la relation entre les chanteurs de fado, leurs racines et leur identité culturelle, sous une Lisbonne en pleine mutation. Un documentaire qui nous fait réfléchir sur l’embourgeoisement et la perte d’identité d’un des quartiers les plus traditionnels de la capitale. Mais qui nous rappelle également qu’il n’est jamais trop tard pour suivre sa passion. À 87 ans, Ivone Dias ose enfin devenir celle dont elle a toujours rêvé : une fadista. Une claque monumentale qui nous rappelle que la vie est trop courte pour ne pas vivre ses rêves. Tout cela rythmé au son de fado de ces soirées bohèmes magiques. Émotions garanties !

 

Un documentaire indépendant à découvrir au Cinema City de Alvalade du lundi au vendredi à 15h20 et 19h30, et tous les samedis et dimanches à 13h25 et 19h30. À la suite de certaines diffusions est prévue une petite discussion avec les deux réalisatrices. Un moment d’échange qui pourra se clôturer par une séance de fado improvisée… Immanquable !