L’Association CRESCER va ouvrir un restaurant qui emploie des SDF et des réfugiés
L'équipe de « É UM RESTAURANTE »
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Fondée en 2001, l’association CRESCER a pour but l’inclusion de personnes en situation de vulnérabilité. C’est dans la banlieue de Lisbonne, à Carnide, qu’un nouveau projet verra le jour l’été prochain : « É UMA MESA », un restaurant qui forme et emploie des réfugiés, des personnes sans domicile fixe ou qui traversent toute autre situation de vulnérabilité.

On était en 2001 lorsque cinq psychologues décident de créer une association pour aider à intégrer les groupes de personnes en situation de vulnérabilité. L’association CRESCER voit ainsi le jour. Vingt ans plus tard, l’équipe est désormais composée de plus de 50 collaborateurs, qui travaillent chaque jour aux côtés de personnes exclues de la société, telles que les personnes sans domicile fixe, les consommateurs de substances psychoactives ou encore les réfugiés. En octobre 2019, CRESCER met en place un projet dédié à l’insertion professionnelle des personnes en situation de sans-abri : « É UM RESTAURANTE », un restaurant où ce sont eux qui assurent le service. « Ce projet est né du constat d’un manque de réponses adaptées en matière d’employabilité pour les personnes sans domicile fixe. Avant la pandémie, il y avait pas mal d’offres d’emploi à Lisbonne, mais c’était difficile de trouver du travail pour les personnes qui n’avaient pas de logement ou qui n’avaient tout simplement pas travaillé depuis des années », explique Florencia Salvia, cheffe de projet. Le seul critère pour intégrer l’équipe ? Être motivé. Après une formation et un stage, les apprentis se lancent dans différentes tâches et métiers de la restauration, toujours encadrés et accompagnés d’un coordinateur, d’un psychologue, d’un responsable de salle et d’un chef de cuisine. Un soutien technique et psychologique qui a lieu avant, pendant et après la formation. Le projet porte ses fruits et le restaurant situé dans la rue São José, à Lisbonne, est un succès. Mais c’était sans compter la pandémie. Six mois après son ouverture, en mars 2020, il est contraint de fermer. Pour Florencia et son équipe, il est hors de question de baisser les bras. Ils décident alors de créer un nouveau restaurant en aidant encore plus de personnes. « On a décidé de reproduire le projet pour un public encore plus élargi, pas seulement les SDF, mais également les réfugiés et autres personnes qui traversent des situations de vulnérabilité », détaille-t-elle. Pour ce nouveau projet, l’association a eu le soutien du programme Lisboa 2020 et du réseau DLBC, qui leur a permis de trouver l’emplacement du nouveau restaurant. Le quartier Padre Cruz, à Carnide, a été l’élu. Un nouvel espace agrandit pour accueillir encore plus de personnes et partager des plats réconfortants, préparés avec soin.

À la recherche de fonds pour les travaux

L’ouverture du nouveau restaurant « É UMA MESA » est prévue pour la fin de l’été, mais les fonds du programme Lisbonne 2020 ne leur permettent pas de réaliser les travaux. Ainsi, l’association est à la recherche de financement pour donner vie à ce projet. « On a eu le soutien d’une entreprise pour le plan architectural. On sait déjà quel va être le résultat, maintenant il nous manque plus qu’à faire en sorte que ça devienne une réalité », évoque Florencia. À travers ce projet, l’association espère réussir à intégrer dans la vie professionnelle 75 personnes par an. Une manière de changer les mentalités et de montrer que même si « ce sont des personnes qui ont vécu des situations difficiles, elles sont tout aussi valables et sont parfaitement capables de faire une bonne cuisine et de recevoir une salle remplie tous les jours », conclut Florencia.

Projet architectural du nouveau restaurant « É UMA MESA », qui ouvrira ses portes à Carnide l’été prochain