Héléna Tsavoria, créatrice de bijoux uniques
Partager cet article
Partager cet article

Couleurs, élégance, délicatesse : chaque pièce dessinée par Héléna Tsavoria est unique. Plus qu’un bijou, c’est un indispensable à marier avec votre garde-robe. Entrevue exclusive pour le Lisboète Magazine avec la créatrice française, amoureuse de la capitale portugaise.

Bonjour Héléna, quelles sont vos attaches avec le Portugal ?

Mes parents, tous deux portugais, sont arrivés en région parisienne au milieu des années 1960. J’ai étudié en France et passé les vacances estivales au Portugal dans un petit village nommé Folhense, à une cinquantaine de kilomètres de Porto.  Quand je suis revenue au Portugal, j’ai choisi Lisbonne pour poser une partie de mes valises. Le soleil, la gentillesse des gens, la beauté de la ville, tout m’a séduit. Aujourd’hui, je vis avec un pied à Paris et un pied à Lisbonne. 

 

Créer des bijoux n’est pas votre premier métier ? 

J’ai travaillé dans les systèmes d’information pendant une trentaine d’années, mais j’ai toujours été passionnée par l’art sous toutes ses formes : le théâtre amateur, la photographie, les musées, les voyages… Mon projet de reconversion est né de cette passion pour l’art, de la découverte de la gemmologie et des perles du monde qui nous parlent d’histoire par leurs voyages à travers les siècles et les continents.

 

La gemmologie… Qu’est-ce que c’est ? 

La gemmologie est l’étude des gemmes, c’est-à-dire les minéraux, les pierres dont la rareté, la beauté et la dureté permettent l’utilisation à des fins ornementales. Il existe plusieurs familles de gemmes. Tout le monde connaît les pierres précieuses comme le diamant ou le saphir. Il existe aussi les pierres fines comme le grenat ou l’améthyste, les pierres ornementales comme la turquoise et le jaspe et enfin les matières organiques comme les perles ou le corail. Je suis fascinée par la variété  des gemmes, leurs couleurs, leur  mystère et la magie de leur formation.

 

En quoi consiste votre au quotidien ? 

Je passe beaucoup de temps à la création, à la recherche des gemmes et des perles du monde de belle qualité. Ce sont des perles artisanales, fabriquées par l’homme, perles de verre, de bois, de terre cuite issues de savoir-faire parfois anciens. Elles peuvent être récentes ou anciennes, comme les perles de Venise, de Bohème ou de fouille. Et bien sûr je dois gérer ma petite entreprise, notamment toute la communication. Je ne m’ennuie jamais ! 

 

Trouvez-vous à Lisbonne une inspiration différente de Paris ? 

Lisbonne est une nouvelle source d’énergie, un renouvellement. J’aime et j’aimerai toujours Paris, son architecture, ses ponts, ses librairies, ses cafés, ses musées… J’adore  m’installer dans un café au petit matin, regarder les façades des immeubles, être surprise ou enchantée au détour d’une rue… À présent je profite aussi de toutes ces joies à Lisbonne avec des couleurs, des perspectives, des lumières, un rythme et une langue différentes. 

 

« Les bijoux ont apporté beaucoup de joie dans ma vie, et c’est ce que je souhaite transmettre. »

 

Qu’est-ce qui différencie votre travail, vos bijoux ? 

La diversité. Celle des perles avec lesquelles je travaille qui sont souvent uniques ou disponibles en très petite quantité. Et celle des inspirations et des influences qui me conduit à créer des modèles très différents, des pièces très fines, d’autres plus imposantes. Je ne me limite pas. J’aime la couleur, le contraste, le mélange des matières et je recherche des associations singulières, surprenantes ou poétiques. Mon envie est de créer des bijoux qui suscitent un coup de cœur. Les bijoux ont apporté beaucoup de joie dans ma vie, et c’est ce que je souhaite transmettre, de la joie et un peu de connaissance des gemmes !

 

Un objet anodin peut-il être source d’inspiration ? 

J’ai un très joli souvenir de création. J’ai visité avec une amie, Béatrice, le musée Cognacq-Jay à Paris. Et parmi les objets exposés se trouvait une petite boîte d’une finesse incroyable, devant laquelle nous sommes restées un long moment en admiration ! Cette boîte était recouverte d’un grand nombre de gemmes, des jaspes, de la turquoise, de l’agate… Le mélange des couleurs était superbe. À la maison, j’ai sorti toutes mes perles et j’ai créé un bijou en m’inspirant de cette boîte. C’est aujourd’hui le collier Béatrice.

 

© Celine Capron

 

 

Héléna Tsavoria, en un mot c’est…
Une pierre ? La tourmaline
Un artiste ? Charlie Chaplin
Une destination ? Les Cyclades
Un jour ? Le dimanche
Un animal ? La loutre

 

Retrouvez les créations d’Héléna Tsavoria en ligne sur helenatsavoria.com ou dans les galeries A Loja Azul, rua de São Cristovão et Veronique boutique, Travessa do Carmo (Chiado) à Lisbonne.

Pour un produit sur mesure ou pour une réparation/remise en état de l’un de vos bijoux, vous pouvez contacter directement la créatrice au +33 6 70 43 79 95 ou via mail à parislisboa@helenatsavoria.com

 

Propos recueillis par Laura-Lise Plazenet 

Crédits Photo Céline Capron

 

Cet article est une publication en partenariat, créée en collaboration avec nos annonceurs. Pour toute demande de contenu partenaire et promouvoir votre activité auprès de la communauté francophone, veuillez nous contacter à contact@lisboetemagazine.com

 

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Retour en haut

LSB Sunset Party

Venez fêter avec nous la sortie du Lisboète Magazine de l’été.

Le 20 juin à 18h sur la plage de Caparica.
Cette invitation vous est offerte par le Lisboète Magazine et Dr Bernard Azul