« Beco do Imaginário » : film sur la Mouraria réalisé par un Français en compétition au IndieLisboa
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Le festival international du film indépendant IndieLisboa a sélectionné en compétition nationale Beco do Imaginário, réalisé par le français Romano Cassellis. Ce court-métrage, qui met en scène le quartier de la Mouraria, sera projeté au mythique Cinéma São Jorge le 26 août et le 2 septembre prochain.

Les touristes affluent les rues pour son atmosphère traditionnelle et pittoresque. Mais la Mouraria, ce quartier si représentatif de l’âme de Lisbonne, renferme une tout autre facette : un lieu où circulent la drogue et parfois même la violence. C’est cette réalité que Romano Cassellis, de son vrai nom Romain Cauchois, met en lumière avec une justesse irréprochable au long de 13 minutes. Mais bien plus qu’une histoire entre un client et son dealer, Beco do Imaginário pose des questions sur les relations humaines et les désirs qui se heurtent à la dure réalité du quartier. Une immersion au sein de la Mouraria et de ses habitants, que le réalisateur français de 33 ans connaît bien. « J’ai grandi à Lisbonne pendant mes années lycée et depuis, je n’ai jamais pu me défaire de la ville. Lorsque je suis revenu vivre à Lisbonne, en 2014, je me suis installé à la Mouraria », commence-t-il par expliquer. De ses observations quotidiennes et de sa passion pour la narration, naît l’envie de raconter une histoire qui va au-delà de l’apparence. « Tous les jours je voyais les dealers des coins de rue et leurs clients parler et j’avais envie de montrer une autre vision de ces discussions parfois enflammées. Il est question de tension et de comment gérer les secrets dans un quartier difficile » poursuit-il. Pour illustrer cela, Romano Cassellis a confié les deux rôles principaux à des acteurs professionnels : Paulo Pascoal et Tiago Costa incarnent les deux protagonistes. Mais le Français s’est également entouré d’amateurs. « J’ai fait appel à mes proches, à mes voisins, à des personnes que je côtoie. Faire rencontrer des acteurs et des non-acteurs a été une expérience inoubliable », avoue-t-il.

Le réalisateur, Romano Cassellis

Le réalisateur, Romano Cassellis

Sélectionné en compétition nationale

Beco do Imaginário a été sélectionné en compétition nationale au IndieLisboa. Chaque année, ce festival international de cinéma, qui se déroule dans la capitale, offre au public l’occasion unique de découvrir des films portugais et étrangers de talents émergents ou de redécouvrir des auteurs renommés. Une reconnaissance qui tombe au bon moment pour le réalisateur. « Cette sélection vient à point nommé pour la première projection mondiale en salle de mon court-métrage, qui est mon premier film tourné à Lisbonne, sur Lisbonne, pour Lisbonne, la ville dont je suis tombé amoureux il y a 18 ans », confie-t-il. Et pour cette première si spéciale, le jeudi 26 août à 19 heures, le court-métrage s’invite dans l’un des lieux les plus emblématiques de la ville blanche : le célèbre Cinéma São Jorge. Une deuxième projection aura lieu le jeudi 2 septembre à la même heure. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir un quartier mythique de la capitale sous un nouveau jour.

 

Retrouvez toutes les informations sur le site du IndieLisboa. 

Extraits du film avec les deux acteurs principaux : Paulo Pascoal et Tiago Costa